Le nombre de cas de phishing (hameçonnage) augmente

20/11/2013

Vos codes bancaires sont à vous, et à vous seuls !

Au cours des trois premiers trimestres de 2013, 1.467 cas de fraude à la banque par internet ont été notés, un chiffre qui dépasse déjà le nombre total de cas de fraude sur 2012. Pratiquement tous les cas sont liés au phishing (hameçonnage), une technique qui consiste pour les criminels à essayer de soutirer à leurs victimes leurs données personnelles et leurs codes bancaires. La banque par internet est et demeure toutefois une méthode sûre pour effectuer des opérations bancaires, à condition d’utiliser correctement. Febelfin exhorte dès lors les utilisateurs à toujours respecter une règle d’or : ne communiquez jamais vos codes bancaires par courriel ou par téléphone !

Chiffres de la fraude

Pendant les trois premiers trimestres de cette année, on dénombrait 1.467 cas de fraude ayant permis à leurs auteurs de dérober un total net de 4,54 millions EUR. A titre de comparaison : sur l’ensemble de l’année 2012, 1.003 fraudes par phishing ont été recensées, représentant un butin d’un peu moins de 3 millions EUR.

Par rapport au nombre d’abonnements à la banque par internet et de sessions annuelles, le nombre de cas de fraude reste toutefois relativement limité.

Bob De Leersnyder, porte-parole de Febelfin : « En 2012, on comptabilisait 9,1 millions d’abonnements à la banque d’internet, et 434 millions de sessions. Si l’on compare avec le nombre de cas de fraude, le rapport est d’environ 1 cas pour 400.000 sessions. La banque par internet reste donc une manière sûre d’effectuer des opérations bancaires. Simplement, chacun – banque ou client – doit veiller à utiliser la banque par internet de manière correcte et prudente. »

Phishing

Le phishing est une technique par le biais de laquelle les criminels s’efforcent de soutirer aux internautes leurs données personnelles et - en particulier – leurs codes bancaires. Pour ce faire, ils envoient par exemple un courriel dans lequel ils demandent à leurs proies d’introduire leurs données personnelles (comme par exemple un numéro de téléphone) sur un site internet qui ressemble à celui de la banque de celles-ci. Un soi-disant « collaborateur de la banque » téléphone ensuite à ces personnes pour leur demander de lui donner oralement les codes apparaissant sur le lecteur de carte (ou token). Ces codes sont supposés permettre à l’« employé de banque » en ligne de réaliser les contrôles nécessaires ou de vérifier la sécurité du système de banque par internet. En fait, la victime n’a absolument pas été contactée par sa banque mais par un criminel qui a entre-temps mis la main sur ses codes d’accès à la banque par internet.

Bob De Leersnyder : « Votre banque ne vous demandera jamais vos données bancaires personnelles. Si vous recevez un couriel douteux vous demandant la communications de données, n’hésitez pas : n’y donnez pas suite. Vos codes sur votre lecteur de banque (ou token) sont comme le code PIN de votre carte bancaire : strictement personnels. »

Conseils

Afin de lutter contre le hamçonnage, il y a une règle d’or : ne communiquez jamais vos codes bancaires par courriel ou par téléphone !

Sensibilisation

Febelfin s’efforce d’informer et de sensibiliser les internautes via différents canaux :

  • Toutes les techniques de fraude sont expliquées par le biais de vidéos et de petits textes sur le site internet www.safeinternetbanking.be.
  • Dans la campagne YouTube « Amazing Mindreader », Dave, un présumé médium, s’insinue dans l’esprit de passants pris au hasard, pour ensuite leur dire, sans l’ombre d’une hésitation, combien ils ont dépensé le mois précédent ou quel est leur numéro de compte. Ce que les victimes de Dave ignorent toutefois, c’est que ces révélations lui sont soufflées ... La vidéo a été un succès international. A ce jour, elle a été visionnée plus de 10 millions de fois sur YouTube.
  • A la mi-2013, un deuxième spot YouTube a été lancé. Dans « See how easily freaks can take over your life », le visiteur fait la connaissance de Tom, un homme qui sans s’en douter va être victime d’hameçonnage. Et il ne va pas y perdre que son compte bancaire, c’est toute sa vie qui va lui être volée.
  • Durant trois semaines en octobre 2013, un message d’intérêt général a été diffusé sur les chaînes télé belges La Une, La Deux, VTM, Een, Canvas, 2BE et Vitaya.

Vous pouvez retrouver tous ces films sur www.safeinternetbanking.be.

Pour plus d’informations

Vous pouvez obtenir de plus amples informations auprès de Bob De Leersnyder, porte-parole de Febelfin (02 507 68 31 – bd@febelfin.be).

Plus sur: