En cas de doute, mieux vaut vous interrompre

18 Août 2014

La nouvelle campagne sur la sécurité de la banque en ligne est lancée

Déjà reçu un courriel qui semble émaner de votre banque et vous annonce que celle-ci doit adapter d’urgence ses procédures de sécurité ?

Sachant, d’après ce message, qu’il suffit de cliquer sur un lien et d’encoder quelques données, comme votre numéro de téléphone et votre numéro de carte bancaire ... Tout ça n’a pas l’air de porter à conséquence, et pourtant, un léger soupçon vous envahit ... et si ?

Un seul mot d’ordre quand vous recevez un tel message : en cas de doute, mieux vaut vous interrompre. C’est avec ce conseil que Febelfin et les banques donnent aujourd’hui le coup d’envoi de la campagne sur la sécurité de la banque en ligne.

La sensibilisation fonctionne

Sensibiliser les citoyens et les entreprises aux dangers du phishing (hameçonnage) et les encourager à demeurer vigilants est et reste une priorité pour le secteur financier. Les précédentes campagnes de Febelfin ont eu l’effet escompté : au cours des six premiers mois de 2014, le nombre de fraudes est demeuré limité puisqu’il a été de 183. Si l’on extrapole ce chiffre à l’ensemble de l’année 2014, cela devrait représenter une baisse de près de 80%. 

Le secteur entend profiter du lancement de cette campagne pour plaider pour une poursuite de la collaboration avec le monde politique et les partenaires des autres secteurs économiques dans le domaine de la cybersécurité et de la vie privée.

Michel Vermaerke, Administrateur délégué de Febelfin: “Les campagnes de Febelfin en 2012 et 2013 sur la sécurité de la banque en ligne ont clairement demontré que la sensibilisation porte ses fruits. Depuis la fin de l’an dernier, le nombre de cas de fraude enregistre une nette baisse. Pour les six premiers mois de 2014, ce sont 183 cas qui ont ainsi été recensés. Si l’on extrapole ce chiffre à l’ensemble de l’année 2014, cela devrait représenter une baisse de près de 80%. Ce n’est cependant pas une raison pour rester inactif. Aussi Febelfin et les banques lancent-elles aujourd’hui une nouvelle campagne de sensibilisation.”

Les dangers du phishing : quoi et comment ?

La nouvelle campagne sur la sécurité de la banque en ligne vise à sensibiliser le public aux dangers du phishing. Mais de quoi s’agit-il exactement et comment cela fonctionne-t-il ?

Pratiquement tous les internautes ont un jour reçu un courriel émanant prétendûment de leur banque et les invitant à communiquer des données personnelles via un lien. L’argument présente souvent un caractère impérieux, sinon impératif : « des mises à jour de sécurité doivent être effectuées », « votre compte est bloqué », ...

Sachez que votre banque ne vous demandera jamais de fournir de telles informations ! La technique du fraudeur en ligne consiste à envoyer à sa victime, c’est-à-dire à vous, un courriel de phishing en se faisant passer pour sa banque. Une fois que vous aurez transmis vos données privées, cette personne vous appellera et vous demandera vos codes de banque en ligne. Donner suite à cette demande, c’est lui remettre la clé de votre compte ...

Une seule réaction ...

Si vous éprouvez le moindre doute au moment d’ouvrir un tel courriel, c’est à juste titre. La seule bonne réaction à avoir dans ce cas, c’est de tout interrompre, de glisser le courriel dans la poubelle et de ne surtout pas communiquer vos informations personnelles.

Les personnages principaux de notre toute dernière campagne peuvent en témoigner : eux aussi ont un instant éprouvé un doute, mais ils ont continué, pour se retrouver finalement dans des situations bien délicates. Vous voulez en savoir plus ? Découvrez ci-dessous ce qui leur est arrivé …

Nouvelle campagne à grande échelle

La campagne de sensibilisation à la sécurité de la banque en ligne comporte plusieurs volets :

  • un Message d’intérêt général (spot télé) qui sera diffusé durant trois semaines sur La Une, La Deux, AB3, RTL-TVi, Club RTL, Plug RTL, Een, Canvas, VTM, 2BE et Vitaya. Le SPF Economie soutient le Message. Son logo sera d’ailleurs visible pendant toute la durée du spot télé;

     
  • une bannière en ligne sur les sites et les médias sociaux utilisés par les banques ainsi que sur les sites de Febelfin et Safeinternetbanking.be;
  • une bannière sur les écrans des guichets automatiques;
  • un affichage dans les agences bancaires.

La campagne a été élaborée en collaboration avec l'agence Duval Guillaume. Le spot télé a été mis en scène par Patrick Van Hautem (Made In World). La photo de la bannière et des affiches a été prise par Frieke Janssens.

Prolongement de ...

La nouvelle campagne de sensibilisation s’inscrit dans le prolongement de la campagne Amazing Mindreader  (septembre 2012) et de la campagne See how easily freaks can take over your life (juin 2013).

Ces deux campagnes avaient été largement plébiscitées par le public et dans le cadre de festivals créatifs. La campagne Amazing Mindreader a ainsi été récompensée notamment au Festival de Cannes (Gold Lion), aux European Excellence Awards, aux MIXX Awards, aux CCB Awards,… See how easily freaks can take over your life a quant à elle été élue meilleure campagne de 2013 lors des European Excellence Awards. Ces campagnes ont été visionnées sur YouTube respectivement plus de 11 millions et de 700.000 fois.

Le nombre de fraudes est en net recul

Au cours des deux premiers trimestres de 2014, 183 cas de fraude ont été recensés pour un montant de 317.000 EUR. Par comparaison avec les 1.772 cas pour l'ensemble de l'année 2013, ce chiffre représente une baisse significative. Si l'on extrapole les six premiers mois de cette année à l'ensemble de l’année 2014, la diminution devrait être de près de 80%.

Les fraudeurs continuent à privilégier la technique du phishing. Ce type de fraude représente environ 75% de l’ensemble des fraudes nettes. Les 25% restants sont le fait de logiciels malveillants(1).

La vigilance reste de mise

La diminution du nombre de fraudes ne signifie toutefois pas que la tâche du secteur financier soit terminée. Elle ne doit pas non plus inciter à relâcher la vigilance concernant la sécurité de la banque en ligne.

Dans ce contexte, Febelfin entend plaider pour une coopération sans faille, dans le domaine de la cybersécurité et de la vie privée, avec le monde politique et les partenaires des autres secteurs économiques. Elle souhaite apporter une contribution constructive à toutes les initiatives et mesures politiques prises à ce niveau.

Michel Vermaerke, Administrateur délégué de Febelfin : “Nous souhaitons examiner avec le monde politique comment, ensemble, encore mieux nous prémunir contre la cybercriminalité et la violation de la vie privée. Protéger au mieux les droits et les intérêts des citoyens et des entreprises dans la société et l'économie numériques mérite une attention particulière et constitue une priorité majeure pour le secteur financier. Febelfin entend contribuer à toutes les réflexions, mesures politiques et autres initiatives en ce sens. Nous voulons mettre nos connaissances et notre expertise au service des pouvoirs publics et de nos partenaires des autres secteurs économiques, tels que le secteur des télécommunications, afin d’assurer au mieux ensemble, de manière constructive et durable, la protection de la population et de poursuivre aussi efficacement que possible la lutte contre la cybercriminalité.”

Plus d’informations

De plus amples informations peuvent être obtenues sur le site www.safeinternetbanking.be.

Vous pouvez également prendre contact avec Thomas Van Rompuy, Chief of Staff (vr@febelfin.be) ou Rodolphe de Pierpont, porte-parole de Febelfin (rp@febelfin.be). Ils peuvent être joints par téléphone au numéro central du service presse 02 507 68 31. 


(1) "Logiciel malveillant" (malware) est le terme générique qui couvre divers types de logiciels malveillants et nuisibles. Ces logiciels s’installent sur votre ordinateur sans sollicitation de votre part et à votre insu. Les logiciels malveillants permettent aux fraudeurs d’avoir accès à un ordinateur, de perturber le déroulement normal d’une session et de dérober des informations.

Plus sur: