Attention à la fraude « boiler room » !

17/12/2014

Investir, on le sait, nécessite une certaine prudence. Cela est d’autant plus vrai lorsque l’on sait que les fraudes financières existent et sont susceptibles de frapper à votre porte à tout moment. Récemment, l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) a mis en garde les consommateurs belges contre des services d’investissement illicites de « boiler rooms ».

La fraude « boiler room », qu’est-ce que c’est ?

Dans le monde de la finance, la boiler room – ou bouilloire en français – est un nom renvoyant à une fraude qui consiste à vendre à des investisseurs des actions peu connues, généralement fictives ou sans valeur. Des produits financiers exotiques peuvent également servir d’appâts pour escroquer les individus. Les victimes de ce type de fraude (appelées dans le jargon des « suckers ») peuvent d’ailleurs être tant des particuliers que des entreprises.

Pour ne pas attirer les soupçons, les escrocs se construisent une légitimité via un site web, des formulaires professionnels et mettent sur pied des bureaux improvisés. Ils se présentent en effet comme des prestataires de services agréés, renvoyant au besoin à la page internet construite de toute pièce. Néanmoins, ces fausses organisations ne disposent pas en Belgique d’un agrément en qualité d’entreprise d’investissement ou d’établissement de crédit. Ils ne sont donc pas autorisés à fournir des services d’investissement dans le pays.

Mode opératoire

Les fraudeurs contactent généralement les personnes par téléphone. Ils tentent de les attirer à l’aide d’un premier investissement au montant limité qui devient rapidement rentable. Le processus ainsi lancé, il est ensuite demandé à l’individu d’investir à chaque fois davantage. Ces nouveaux investissements ne sont cependant plus fructueux. Lorsque que le consommateur désire récupérer son argent suite à ce manque de rentabilité, des versements complémentaires sont exigés. L’équipe de fraudeurs n’hésitent par ailleurs pas à soumettre la personne à une forte pression pour obtenir ce qu’ils veulent (d’où le nom « boiler room »).

Conseils

En cas de doute, mieux vaut rompre la communication et ne pas donner suite à ce type d’offre de services financiers. Surtout, n’effectuez pas de virements hâtifs vers ce type d’offre.

Dans tous les cas, il faut pouvoir se renseigner sur le placement en consultant d’autres sources que celles données par la société qui vous appelle. Par rapport à cela, le site de la FSMA procure une liste de mise en garde contre les activités de différentes « boiler rooms ».

En 2014, la FSMA a du reste prévenu le public de 16 cas de sociétés particulières suspectées de fraude « boiler room ».  C’est sept cas de plus qu’en 2013. Elle propose également de consulter les avertissements des superviseurs étrangers.

Si vous voulez vérifier la conformité à la réglementation financière des opérations qui vous sont proposées, vous pouvez contacter la FSMA ou utiliser le moteur de recherche du site.

Plus sur: